<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1635748176452804&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Les grandes tendances post-covid

Ce n'est un secret pour personne, le confinement et son impossibilité à se déplacer a profondément bouleversé la société et développé des usages digitaux au sein de la population. Cette période a notamment fait évoluer le monde de la restauration qui a dû tant bien que mal s'adapter à ces nouvelles habitudes. TastyCloud vous présente la tendance post-covid en quelques chiffres-clés.

L'utilisation du Drive en Grandes et Moyennes Surfaces (GMS)

 

Sans surprise au vu des mesures de restriction de sortie, des files interminables à l'entrée des magasins et du télétravail, le drive (fait de commander ses courses en ligne et de les retirer en voiture au supermarché) a fait un boom pendant la période du covid.

L'utilisation du Drive en GMS par les français était déjà plutôt conséquente puisque 52% d'entre eux utilisaient ce mode de courses avant confinement.

La crise sanitaire a boosté cette habitude puisque le secteur a enregistré une hausse de 6 % pendant de le confinement.

Il est néanmoins intéressant de souligner que si 41 % des français ont davantage utilisé le drive que d'habitude, ils sont 17 % à l'avoir moins utilisé qu'à l'accoutumée.

 

La livraison de repas à domicile

 

En revanche, bien qu'on aurait pu s'attendre à une explosion de la livraison de repas à domicile, le secteur n'a finalement augmenté que de 3 % pendant le confinement. Ainsi, 42 % des français l'ont moins utilisé que d'habitude et ils sont seulement 21 % à avoir plus utilisé ce service.

Cela peut s'expliquer par plusieurs raisons, notamment une certaine défiance vis-a-vis du 

young-female-customer-receiving-grocery-order-during-4254137

respect des gestes barrières (certains employés de plateformes de livraison s'étant plaints du peu de matériel mis à leur disposition pour se protéger).

Il est aussi probable que certains adeptes de la livraison aient préféré préserver au maximum la santé des livreurs en leur évitant de sortir.

Enfin, il est indéniable que les clients potentiels ont eu plus de temps pour cuisiner chez eux et ont donc moins eu besoin de se faire livrer.

 

La cuisine maison

 

mother-and-child-preparing-crepes-3807364

Grande vainqueur de cette crise sanitaire, la cuisine maison a fait un retour en force dans les foyers. Si les français étaient 95 % à déclarer cuisiner maison avant le confinement, ils sont 3 % de plus à s'être mis au fourneaux durant leur pause forcée.

D'ailleurs, ils sont presque la moitié (49 %) à avoir déclaré cuisiner davantage que d'habitude et seulement 2% à avoir cuisiné moins.

Cela n'a rien d'étonnant avec à la fermeture des restaurants et à la croissance du temps disponible alloué à cette activité qui a pu se développer grâce au télétravail et au chômage partiel.

Les outils de visio-conférence

 

Tendance moins anecdotique qu'il n'y parait au premier abord, l'utilisation des outils de visio-conférence a entraîné un véritable boom dans les habitudes de consommation. 5% d'utilisation en plus pendant le confinement qui s'ajoutent au 74 % d'utilisation régulière.

63 % ont davantage utilisé la visio et seulement 4 % l'ont moins utilisé. Télétravail, apéros virtuels en famille, fêtes à distance... ces nouvelles habitudes ont définitivement fait progresser l'ensemble de la population vers le digital. Cela a part permis de familiariser les personnes moins à l'aise avec les outils numériques et d'ouvrir le champ des possibles vers des nouvelles manières de commander telles que le Click & Collect ou le menu via QR code.

Mais le fait d'être et de rester en télétravail pour de nombreux salariés a aussi bousculé la restauration d'entreprise et la consommation en restauration traditionnelle le midi qui a subit un fort revers et devra trouver de nouvelles sources pour maintenir son chiffre d'affaires.

 

Consommer Bio

 

Autre habitude qui a évolué pendant le confinement : la recherche de produits plus authentiques, locaux voir bios.

kevin-mccutcheon-APDMfLHZiRA-unsplashAinsi 81 % des français ont consommé bio pendant le confinement (soit 2 % de plus qu'à l'accoutumée). 16 % des personnes ont acheté plus de produits bios tandis que 13 % en ont acheté moins.

Ces chiffres sont toutefois à prendre avec un peu de recul car les français se sont tournés majoritairement vers des produits locaux français, donc plus chers que les produits venant de pays où la main-d'oeuvre est bon marché. Avec la difficulté à transporter la marchandise, beaucoup de camions ont aussi roulé à moitié plein. Les légumes (bios et non bios) ont donc mécaniquement subit une forte hausse des coûts, ce qui a probablement freiné les achats quand bien même l' intention d'achats sains eut été là.

 

On remarque que la crise du covid a affecté la consommation de la population, on ressent tout de même une envie générale de mieux consommer et l’utilisation du digital pour gagner du temps et éviter les déplacement.

Est ce que cette prise de conscience et ces tendances qui poussent à une vie plus responsable vont perdurer en sortie de déconfinement ?


Articles récents