<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1635748176452804&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

La digitalisation dans le secteur de la restauration

La digitalisation s’empare de nombreux secteurs et la restauration ne fait pas exception. Cela s’observe à plusieurs étapes de la chaîne de valeur.

Des consommateurs devenus critiques gastronomiques

Pendant longtemps, les consommateurs attendaient les dernières critiques gastronomiques avant de se diriger vers un établissement.

Si les critiques continuent de découvrir les nouveaux talents culinaires partout en France, chaque consommateur peut aujourd’hui donner son avis grâce à des plateformes digitales. 

En effet, selon le cabinet Food Service Vision, 69% des français dont 80% des 18-35 ans consultent les avis en ligne avant de choisir un restaurant. Il devient donc crucial pour les restaurateurs de maîtriser leurs présences en ligne. La notoriété est devenue un réel levier de réussite.

Les sites spécialisés comme La Fourchette ou Tripadvisor permettent ainsi aux clients de laisser des avis sur les plats, le service ou encore le cadre et la localisation et sont un réel vecteur de succès. Par exemple, La Fourchette reçoit plus de 30,5 millions de visites par mois pour ses plus de 17.000 restaurants partenaires en France.

De plus, sur Tripadvisor, les restaurateurs peuvent également évaluer l’impact de la communication digitale via le rapport de performance. Pour cela ils ont accès au nombre de consultations où les clients potentiels peuvent voir la publicité ou encore le nombre de clics témoigne du nombre de visites.

En outre, selon une étude Statcounter, en France, 94% des clients recherchent également les restaurants via des plateformes de référencement comme Google, qui propose un référencement local. 

Enfin, la communication digitale peut également se faire via les réseaux sociaux. On observe d’ailleurs une réelle starification des chefs. C’est par exemple le cas du restaurant de Mory Sacko, ancien candidat top chef, qui a réussi à doter son restaurant d’une véritable identité.

 

Vente à emporter, Click & Collect : bouée de sauvetage pour les restaurants ?

Aujourd’hui, la vente à emporter n’est plus réservée uniquement à l’industrie de la restauration rapide (pizzas, burgers, kebabs...). L’émergence des plateformes telles que Ubereats ou Deliveroo répond à de nouvelles manières de consommer. De plus, aucune contrainte réglementaire ne fait barrière aux restaurateurs : aucune licence spécifique n’est nécessaire et aucun taux TVA supplémentaire n’est applicable. 

Toutefois, il existe bien un revers de la médaille pour les restaurateurs : commissions élevées, faibles marges. Un restaurateur du 10ème arrondissement inscrit sur la plateforme de Feezless, expliquait justement que les frais demandés par ces plateformes représentent un poids financier important. Il mentionne d’ailleurs une alternative à Paris : resto.paris. Soutenu par la Mairie, cette plateforme a vocation à être éco-responsable et suit des règles éthiques pour « soutenir les restaurateurs et protéger les livreurs » : montant minimum de 35e d’achats, dans un rayon de 3 km et des commandes qui doivent être passées 2h avant. En contrepartie, les restaurateurs s’engagent sur une charte éco-responsable (tri-sélectif, consommables consignables ou recyclables, biodéchets favorisés, mesures d’insertion sociale, fourniture en énergie verte). 

La crise sanitaire renforce la dépendance vis-à-vis du digital

La crise sanitaire a touché de plein fouet les restaurateurs et plus que jamais les plateformes de vente à emporter ont montré leur efficacité

D’autres solutions digitales comme le Click & Collect se sont également développées. Tastycloud, propose ce type de service. Notre plateforme constate ainsi « une augmentation du ticket de 17% dans les restaurants qui utilisent les menus digitaux avec un ticket moyen de 39 euros sur le click & collect ».

Tastycloud fournit également des menus digitalisés. En 1 clic la carte se met à jour sur les supports et plateformes : menu QR code, Click & Collect, menu sur tablette, Google My Business, Facebook, Mapstr... Ce type de service permet d’ailleurs aux restaurateurs de répondre aux nouvelles mesures gouvernementales. 

Pour conclure, une étude de Xerfi explique que « le digital impact tous les maillons de la chaîne de valeur des restaurateurs (achats, transformation, vente, RH, marketing/communication…) ». Ces innovations concernent autant le front que le back office : « réservation d’une table en ligne, click & collect, phygital, e-commerce BtoB, e-recrutement, intelligence artificielle, blockchain ».

 


Articles récents

Créer gratuitement mon menu QR code
la checklist parfaite réouverture restaurant-2

Abonnez-vous ici !