<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1635748176452804&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Les plateformes de livraisons ont souffert du confinement

Face au virus, les restaurateurs ont dû fermer leur établissement pendant plus de 2 mois, entraînant une baisse dramatique du chiffre d’affaires. Afin de maintenir un minimum d’activité, beaucoup se sont tournés vers la vente à emporter et la livraison. Logiquement, on s’attendait à une explosion des plateformes de livraisons. Pourtant, “D’après l’Usine Digitale, le nombre d’établissements disponibles sur Deliveroo aurait diminué de moitié. Et ce, même avec 2 000 nouvelles inscriptions. Son grand concurrent, UberEats, préfère carrément ne pas aborder le sujet. Pourtant, d’après Reuters, pendant le confinement, la plateforme aurait enregistré des baisses d’utilisateurs quotidiens allant de 2% à 23% (en mars) par rapport à début 2020”.

robert-anasch-s04x1QTNnCA-unsplash

L'explosion des plateformes de livraisons n’a pas eu lieu pour différentes raisons. Tout d’abord, cette période a été pour beaucoup l’occasion de retourner derrière les fourneaux. Une majorité de la population a préféré éviter tout contact avec l’extérieur - et donc avec les livreurs - pour des raisons évidentes de sécurité sanitaire. De plus, les commissions sur les ventes en livraison, pouvant atteindre 30%, ont été le plus gros freins au boom attendu des plateformes de livraison. Un montant insoutenable pour la plupart des restaurateurs, et plus particulièrement les petits indépendants. Enfin, ces applis ne permettent pas aux restaurants d’avoir la main sur leurs données clients, pourtant très précieuses. 

On comprend aisément pourquoi nombre de restaurateurs se sont tournés vers la livraison en direct ou vers des plateformes en marque blanche pour organiser la vente à emporter et la livraison. Plusieurs grosses chaînes de restauration effectuant la majorité de leur chiffre d’affaires en livraison, comme Speed Burger, Domino’s ou encore Pizza Hut, avaient déjà recours à leur propre flotte de livreurs. Depuis le confinement, les restaurateurs indépendants s’y mettent aussi, à l’exemple de la pizzeria parisienne Louie Louie.

alexandra-gorn-52jG7-FN22Y-unsplash

Les applis de livraison sont trop onéreuses mais également trop peu efficaces en termes logistique : chaque livreur achemine une seule commande à la fois, et dois ensuite retourner en récupérer une nouvelle dans un restaurant différent. Les trajets et les temps de livraison sont donc mal optimisés. À l’inverse, un restaurant qui possède sa propre flotte de livreurs pourra optimiser les trajets en faisant livrer plusieurs repas dans une même zone et par un même livreur. On peut donc imaginer que de plus en plus de restaurateurs indépendants se tournent vers ce type de solution, et réalisent eux-même les livraisons. L’alternative serait que les plateformes de livraison baissent leurs commissions, mais c’est quasi impossible lorsque l’on sait que celles-ci sont encore largement déficitaires. 

Le Click & Collect de TastyCloud pourrait être une solution pour ces restaurateurs désireux de prendre eux-mêmes en charge la livraison. La solution permet notamment de mutualiser la gestion des ventes à emporter et en livraison, le tout sans commission. L’absence de commission permet aux restaurateurs de reprendre la main sur leurs marges. C’est aussi un moyen de toucher une nouvelle clientèle en proposant son offre sur le web et d’augmenter son ticket moyen grâce à un outil optimisé et moderne qui donne envie au consommateur et favorise les ventes additionnelles.

C&C-2

Moutawaf, gérant du restaurant States Burger à La Seyne-sur-Mer, le dit : “J’ai profité de la crise pour inciter les clients à commander via mon Click & Collect TastyCloud plutôt que sur d’autres plateformes de livraison : ça coûte moins cher à tout le monde !

On conclut que la majorité des restaurateurs ayant "profité" du confinement pour implémenter en interne ce type de solution digitale va faire perdurer ces services (vente à emporter et livraison). La mise en place d’outils digitaux propres aux établissements concile flexibilité, simplicité et meilleure gestion des coûts.


Articles récents